Connexion / Inscription
[(|non)
Marques & Distilleries Le Blog Carte
] Menu

Les rhums de Polynésie Française
Episode 1/3 - Manutea mercredi 29 mars 2017, par Référence Rhum | Lu 2213 fois
A

A la découverte des rhums agricoles de Polynésie Française… Par Appoline Clet.

Les rhums des petites Antilles n’avaient plus de secret pour moi lorsque je décidais de quitter la mer des Caraïbes pour de nouveaux horizons. De la Guadeloupe au nord, jusqu’à l’île de Trinidad au sud, je sillonnais depuis un an cette mer au passé de flibustiers. Une dernière visite à Monsieur Hardy s’imposait, et j’embarquais alors dans mon bagage une bouteille de vieux Tartane, ma perle des Caraïbes, que je comptais bien déguster au beau milieu de l’immensité, cet océan Pacifique, le plus vaste au monde, qui bientôt s’ouvrirait à moi.
Nous goutions les rhums du Panama avant de passer le fameux canal, nous traversions l’équateur sous un cérémoniel baptisé au Zacapa, je troquais une bouteille de vieux Abuelo contre un tatouage Marquisien, et voilà que j’atterrissais enfin, sept mois et cinq voiliers plus tard, à Tahiti dans l’Archipel des îles de la Société.

Les rhums agricoles des îles du Pacifique commençaient gentiment à faire parler d’eux. Mana’o avait déjà lancé sa campagne publicitaire. Je me renseignais alors sur le sujet et grande fut ma surprise lorsque je découvrais que trois nouveaux rhums agricoles avaient vu le jour au cours de cette année 2016. Ma route du rhum pouvait donc continuer ici, dans ces îles du bout du monde, perdues dans cette immensité bleue. Il me tardait de rencontrer ces nouveaux producteurs qui avaient eu cette idée géniale de produire un rhum agricole dans les îles Françaises du Pacifique à partir d’une variété de canne à sucre endémique.

Le rhum Manutea, sur l’île de Moorea.

JPEG - 97.1 ko

La tournée des distilleries de Polynésie commençait par Manutea sur l’île de Moorea, située à 17km au Nord-Ouest de Tahiti.
Rendez-vous pris avec Etienne Houot, directeur commercial et logistique qui me mettait de suite à l’aise avec le tutoiement. Je visitais tout d’abord le site industriel avec son unité de production des jus de fruit Rotui. J’accédais ensuite, équipée d’une charlotte de protection, à la colonne à distiller à plateaux en cuivre. J’apercevais à travers les vitres du laboratoire, des analyses qualité en cours.

JPEG - 244.4 ko

“Le “vin tranquille” obtenu grâce à 3 cuves de fermentation, est placé dans un alambic en cuivre de 8m de haut où il subit une distillation double-passe. On récupère ainsi une eau de vie à 80°.”

JPEG - 101.7 ko

Nous quittions ensuite la fabrication pour nous installer dans la partie administrative où Etienne me racontait l’histoire de Manutea, ce rhum qui m’était encore inconnu mais dont l’histoire me séduisait déjà. Depuis 1984, la société produit les jus de fruits Rotui exportés dans toute la Polynésie Française, ainsi que quelques eaux de vie, liqueurs et punchs. En décembre 2015, l’entreprise créa le rhum Manutea, alors commercialisé depuis mai 2016 par l’enseigne “Caves de Tahiti”.

JPEG - 131.8 ko

La matière première est la canne à sucre O’Tahiti, endémique de la Polynésie, qui pendant longtemps a survécu à l’état végétatif dans les jardins de particuliers. Aujourd’hui, sa culture est relancée sur l’île de Taha’a, voisine de Raiatea, dont 5 à 6 hectares sont cultivés pour Manutea.

JPEG - 295 ko

Photo © Facebook Manutea Tahiti

Puisant sa force dans le sol ferralitique d’îles au passé volcanique et bénéficiant d’un ensoleillement maximal et d’eau en abondance, la canne O’Tahiti est le reflet d’un terroir polynésien unique et exceptionnel. En 1809 déjà, le Dictionnaire Raisonné et Universel d’Agriculture présentait toutes les qualités de cette “canne à sucre très belle et plus hâtive que celle des Antilles”. On la retrouve aujourd’hui sur l’île de Tahaa, dans les vallées d’Utuone et Pueheru.

La saison de la distillation est à l’inverse des Caraïbes. Elle démarre en août et se termine en novembre. Nous sommes en septembre, en pleine période d’activité.
La récolte de la canne se fait 100% à la main.

JPEG - 215.7 ko

Photo © Facebook Manutea Tahiti

C’est au Domaine de Pari Pari que les notes florales et herbacées de cette canne s’expriment pleinement. Pour en retransmettre toutes les saveurs, la canne fraîchement coupée à la main est broyée sur la plantation le jour même (sans adjonction d’eau) avant sa mise en fermentation. Le vesou ainsi obtenu dévoile déjà les notes suaves qui caractérisent le rhum agricole Manutea Tahiti. Les récoltes s’étendent du mois d’août au mois d’octobre, période à laquelle les cannes atteignent leur pleine maturité.

La fermentation est assez longue entre 36 et 48 heures et se fait sur place. Le vesou est ensuite transporté par Goélette vers Moorea où il est distillé sur le site de la société Manutea. Ce sont 6.000 à 8.000 litres de jus qui sont acheminés chaque semaine et distillés à hauteur de 4.000 litres par jour. En mai 2016, 10.000 bouteilles de la première cuvée étaient mises sur le marché. Par défaut de place pour les plantations de canne, la production de Manutea ne dépassera jamais les 50.000 bouteilles par an, tout comme son homologue Mana’o sur Tahiti.
Compte tenu de la demande locale, le rhum Manutea est pour le moment exclusivement réservé au marché de la Polynésie Française. En effet, les polynésiens sont intéressés par ce nouveau produit de qualité, local et dont le coût est moindre par rapport à une bouteille de rhum agricole importée des Caraïbes.
La priorité étant à la consommation locale, il faudra attendre 2018 pour que peut-être Manutea fasse son entrée sur le marché métropolitain.

JPEG - 95.3 ko

Monsieur Houot m’invitait ensuite à la boutique pour une dégustation du Manutea.

Deux versions sont proposées : le 40° et le 50°.
Je tombais tout de suite sous le charme du packaging représentant la célèbre et authentique pirogue double Polynésienne, dorée sur fond blanc pour la version 40°.
Sur la version à 50°, la même pirogue sur un fond bleu nuit, surplombée d’un ciel étoilé, où brille la fameuse Croix du Sud, cette constellation qui m’avait guidée jusqu’ici chaque nuit de traversée, brillant sur notre flanc bâbord, des Galápagos aux Marquises et devant notre étrave des Marquises à Tahiti. J’étais enchantée de la retrouver sur ce packaging très bien travaillé. Cette anecdote fit de cette rencontre avec le rhum Manutea une découverte encore plus belle à mes yeux.

JPEG - 125.2 ko
JPEG - 146.3 ko

Malheureusement, le 50° n’était pas disponible à la dégustation car le stock étant faible, les dernières bouteilles étaient réservées à la vente. Le 40° est magnifique, sans aucune agressivité, il dégage de forts arômes de canne, ainsi qu’une certaine fraîcheur et une longueur en bouche surprenante.
Pour une première cuvée, c’est très réussi et prometteur.
Un passage sous chromatographie a dévoilé qu’il faisait presque partie des rhums dits “grands arômes” (>500g/hap) avec 424,5 g/hap, chargé en teneurs en non alcool (TNA). Une belle première découverte qui me donnait envie de continuer cette route des rhums Polynésiens.

Par Appoline Clet

JPEG - 114.7 ko

Aspect : limpide, brillant et cristallin.
Nez : arômes de la canne à sucre fraîchement coupée, notes orales et sucre chaud (réglisse).
Bouche : nette et suave, notes mentholées, fruits blancs (poire, banane).
Finale : ample et séduisante par sa longueur aux notes d’agrumes miellés.

Edit : Etienne Houot, directeur commercial et logistique de Manutea, nous confirme que leurs rhums seront disponibles en métropole dès le mois d’octobre.

A suivre... Episode 2/3 - T Rhum

Le site de Manutea : manuteatahiti.com
La page Facebook de Manutea : www.facebook.com/manuteatahiti/

Instagram

Newsletter

Derniers commentaires

Dillon

Millésime 1967

Par bagouet | 20 novembre 2017
bonjour je souhaitais savoir si il y avait un site ou un catalogue pour connaître la valeur des rhums anciens (et notamment le dillon Old Nick). merci par (...)

Chauvet

Rhum Chauvet

Par pascal nogues | 7 octobre 2017
a quel prix est estime la bouteille ,vers quand l’ année est estime

Tartane / G. Hardy

Vieux

Par Référence Rhum | 11 septembre 2017
Joli cadeau. Je n’ai qu’un sample de celui-ci à la maison, et pour y avoir goûté, je dois dire qu’effectivement, c’est très bon. J’espère pouvoir m’en trouver une bouteille un de ces (...)

Newsletter

Inscrivez-vous...

pour être informé des mises à jour du site
et de son actualité.

Votre adresse mail ne sera transmise à aucun tiers !