Connexion / Inscription
[(|non)
Marques & Distilleries Le Blog Carte
] Menu

4 questions posées à...
Alex Bobi, Maître de Chai chez Neisson dimanche 30 avril 2017, par Adrien.N | Lu 1042 fois
R

Référence Rhum a posé quatre questions à différentes personnalités du monde du rhum, dans le seul but d’en savoir un peu plus sur ces rhums qui nous font tant rêver. C’est aujourd’hui Alex Bobi, Maître de Chai chez Neisson qui nous répond, dans le cadre de la présentation à la boutique Inventorum, de leur nouvelle gamme.
Et comme l’événement est rare, nous en avons profité pour lui poser quelques questions supplémentaires.
Rendez-vous a donc été pris, le 20 avril 2017, à la désormais célèbre boutique Inventorum, qu’on ne présente plus.
Après un accueil chaleureux, je me retrouve en présence, d’Alizée Jean-Baptiste, Spirits Brand Manager chez LMDW, présente pour l’événement ; Madame Neisson et bien entendu Alex Bobi dont nous allons faire l’interview ce jour.

JPEG - 173 ko

Photo © Fabrice Napsed

En deux mots, quel est votre rôle au sein de Neisson, et comment êtes-vous arrivé à ce poste ?
Avant d’être Responsable de Production, j’ai fait plusieurs distilleries (Trois Rivières, J.M) qui m’ont permis d’apprendre différentes méthodes de travail. Fort de mon expérience, c’est en 2001 que Madame Vernant me débauche pour intégrer la distillerie en tant que Responsable de Production. C’est au fil des années que je suis devenu Maître de Chai. Je peux dire que je suis un “touche à tout” puisque j’ai commencé Coupeur de cannes pour être aujourd’hui Responsable de Production. Grâce à ma formation en agroalimentaire, chimie et biochimie ; ainsi que mon passage aux différents postes, j’ai pu acquérir une grande expérience qui me permet aujourd’hui d’avoir une maîtrise globale des produits Neisson. Mon métier de Maître de Chai fait que je suis obligé de goûter tous les jours mes rhums afin d’en contrôler la qualité et la rectifier si nécessaire ; mais aussi pour apprécier le bon moment pour les sélectionner.

JPEG - 123.9 ko

Photo © Adrien Nicoletti

Quel est le Rhum Neisson dont vous êtes le plus fier aujourd’hui, toutes époques confondues et pourquoi ? (Pouvez-vous nous dire quel a été son processus de fabrication) et nous parler un peu de son histoire ?
Je pense que le rhum fétiche de Neisson est le 52,5% qui est issu d’une longue discussion en interne sur l’envie de produire un nouveau rhum blanc. Neisson était souvent médaillé sur les rhums 50% et 55%. L’envie s’est faite sentir de sortir un blanc “entre les deux”. La particularité de ce rhum est qu’il est produit à partir de la canne B69, qui n’est autre que la canne bleue. Ce rhum bénéficie aussi d’un processus de fabrication assez particulier. En temps normal, l’AOC impose que le rhum soit produit à hauts degrés, ensuite, au bout de six semaines, il est présenté en dégustation afin d’obtenir son label AOC. Puis, il est réduit, et c’est au bout de 10 jours qu’il peut être commercialisé. Pour le rhum 52,5%, c’est tout à fait différent, puisqu’il ne sera commercialisé qu’au bout de 3 à 6 mois après avoir été réduit. Le secret réside à 80% dans une bonne fermentation, mais aussi une longue maturation (entre 3 et 6 mois donc).

Comment appréhendez-vous cette pénurie annoncée de canne à sucre, et plus précisément de rhum vieux ? Avez-vous déjà pris des mesures pour vous en arranger ?
Je peux te dire qu’il y a déjà, et qu’il y aura, une pénurie de canne à sucre. Je constate depuis deux ans que je n’arrive plus à retrouver la sucrosité qu’il y avait avant. J’attribue ceci malheureusement au réchauffement climatique. Pour exemple, à l’heure de cette interview, je peux te dire qu’il pleut actuellement en Martinique et que cette pluie a un gros impact sur le volume de production (nous exploitons une parcelle de 47 hectares) car elle baisse le taux de sucre. Et même si je ne peux prédire totalement le futur, je pense qu’il y aura une répercussion sur les rhums vieux.

Quel rhum de votre gamme se vend le mieux ? Et où en est le marché international pour Neisson ?
Je n’en ai aucune idée. Moi en tout cas, je peux te dire que celui que je consomme le plus c’est le rhum blanc à 55%. Je pense que celui qui se vend le plus est le rhum blanc à 50%. D’après Alizée Jean-Baptiste (Spirits Brand Manager chez LMDW) ici présente, Neisson se développe bien en Europe. Surtout en Allemagne, au Danemark, en Angleterre... mais aussi hors Europe comme au Japon par exemple.

JPEG - 276 ko

Photo © Adrien Nicoletti

On profite de votre présence pour vous poser quelques questions spécifiques à Neisson. Est-ce que le passage au tout bio change beaucoup de choses pour le Maître de Chais ?
Le tout bio est quelque chose de compliqué, car le responsable de production n’est pas que le responsable de production. Je suis aussi Maître de Chais, et je dois regarder et maitriser les coûts.
Le BIO implique un travail plus manuel de la canne, et d’utiliser un certain type de cannes et de levures, avec lesquelles je n’ai pas l’habitude de travailler. En somme, le BIO a eu une certaine répercussion sur mes habitudes. Je dois composer avec, et c’est pourquoi nous n’en sortons pas de gros volumes à ce jour.

Avez-vous échangé avec d’autres producteurs de rhums BIO à travers le monde comme Mana’o à Tahiti par exemple ?
Je ne connaissais pas Mana’o et par conséquent je n’ai donc pas échangé avec eux. Par contre, même en sachant qu’ils ne sont pas BIO, j’aurai beaucoup aimé travailler avec des producteurs de Clairin d’Haïti, car j’aime beaucoup le type de canne qu’ils utilisent. Malheureusement, il m’est impossible de l’importer en Martinique à cause des potentiels risques sanitaires. Je n’exclue pas d’échanger avec eux un jour, pourquoi pas…

Votre spécificité supplémentaire, est le passage annoncé aux barriques fabriquées par Neisson et qui n’ont donc pas contenues de bourbon. Cela change t-il beaucoup de choses pour votre travail ?
Cela a énormément changé ma façon de travailler. Neisson a assisté à une montée des prix sur les fûts de bourbon. Quand je suis arrivé chez Neisson, nous utilisions plus de fûts de cognac que de fûts de bourbon. Je suis moi-même un grand amateur de bourbon et whisky, notamment le Buffalo, ce qui a fait qu’un nombre assez conséquent de fûts de bourbon du Kentucky se sont retrouvés à la Distillerie. Comme la demande sur ces fûts était assez forte, je me suis vu répondre qu’il n’y avait plus la possibilité de nous en fournir, ou alors à des tarifs trop élevés. C’est à ce moment qu’on a pris le risque de travailler avec des fûts neufs, via la maison World Cooperage, malgré la mise en garde de certains experts qui jugeaient dangereux de travailler le fût neuf, notamment au niveau de l’amertume et du tanin. Le premier rhum y a été mis en vieillissement le 14 Octobre 2014. Au bout de 4 mois, le 23 Février 2015, une fois l’amertume et les tanins des fûts neufs diminués, un deuxième passage est effectué. C’est au bout de 10 mois, après une dégustation, que je me suis rendu compte que mon produit était bon, et qu’il sortait vraiment de l’ordinaire. Il était même proche d’un rhum vieux. C’est en octobre 2016 qu’il a été dépoté et commercialisé sous le nom de Profil 105.

JPEG - 237.5 ko

Photo © Adrien Nicoletti

Il n’existe donc pas encore de millésimé de chez Neisson sorti de ces barriques ?
Non, malheureusement. On ne peut pas encore sortir de rhum vieux de ces barriques. En revanche, ce que je peux te dire c’est que de belles choses sont en projet pour les 85 ans de la distillerie mais je ne t’en dirai pas plus pour le moment...

Propos recueillis par Adrien Nicoletti
Article à paraître prochainement sur la présentation des rhums Neisson à la boutique Inventorum.

Pour aller plus loin :
Le site internet : www.neisson.fr
La page Facebook : www.facebook.com/rhumneissonofficiel/

Instagram

Newsletter

Derniers commentaires

J.Bally

Millésime 1957

Par IZIER CHANTAL | 17 décembre 2017
Bonjour, Je voudrai savoir le prix de la bouteille vieux rhum 1957 s’il vous plait ? Je vous en remercie Izier Chantal izier.richard@wanadoo.fr

Dillon

Millésime 1968

Par Le rhum de Georges | 12 décembre 2017
Est-ce à acquérir ? Si oui, à quel prix ? Merci

Maison La Mauny

Vieux

Par Misterod | 9 décembre 2017
BONJOUR Qui peut me donner plus d’infos sur cette quille ? Impossible de trouver quoi que ce soit sur le net a part votre photo... Merci !!

Newsletter

Inscrivez-vous...

pour être informé des mises à jour du site
et de son actualité.

Votre adresse mail ne sera transmise à aucun tiers !